Les drogues dans le vagin chez les jeunes filles peu scolarisées

Publié le : 18 novembre 20225 mins de lecture

Les drogues et les jeunes

Généralement, les drogues dans le vagin sont trouvées chez des jeunes filles peu scolarisées, vivant dans les banlieues des villes. Pendant des années, on a vu des femmes se faire arrêter pour trafic de drogue alors qu’elles rendaient visite à leurs maris et petits amis en prison.

Il s’agit presque toujours de jeunes gens peu scolarisés, de mères de plus d’un enfant, d’habitants de la périphérie des villes, amoureux de criminels qui ne se souviendront plus d’eux lorsqu’ils seront derrière les barreaux. Ces filles sont souvent surprises par les membres du personnel lorsqu’elles passent par la fouille le jour des visites, tentant de transporter de la cocaïne ou de la marijuana cachée dans des sacs en plastique insérés dans le vagin.

Les prisonnières et récidivistes, une fois libérées, seront dans la même condition : des ex-prisonniers sans argent ni emploi, avec des enfants à finir d’élever et avec un casier judiciaire. Après des années de détention, ils porteront les cicatrices de l’emprisonnement et les liens avec leurs partenaires d’infortune. On avoue que dans le cas de ces filles, on est perplexe.

Combien de grammes de marijuana peuvent tenir dans le vagin d’une femme ?

Cette quantité saisie est-elle pertinente dans la lutte contre le trafic ? Une simple mesure administrative, telle que la révocation permanente du droit de rendre visite à tout détenu, ne suffirait-elle pas à punir ces femmes toxicomanes et à réduire la surpopulation dans les prisons pour femmes ?

L’escroquerie était habituelle : des hommes d’affaires corrompent des fonctionnaires pour remporter des appels d’offres surévalués, vendre des articles inutiles et livrer des produits de qualité inférieure à ceux stipulés dans les contrats.

La police a découvert des achats effectués à des prix 400 % plus élevés que ceux pratiqués sur le marché, des cathéters de contrebande en provenance de Chine vendus comme du matériel de première qualité et même des fraudes lors de ventes aux enchères électroniques, avec la participation probable de commissaires-priseurs et d’employés de l’hôpital. L’argent a été blanchi sur des comptes offshore ouverts à l’étranger au nom de personnes modestes, comme toujours.

Par le biais de dons aux campagnes politiques, les patrons exerçaient une influence dans les municipalités où ils étaient actifs. Dans l’un d’eux, ils ont même « acheté » le poste de secrétaire à la santé versés au fonds de campagne d’un candidat à la mairie lors des dernières élections.

Mais ce qui a surtout retenu mon attention, c’est le fait que certaines des entreprises enquêtées et certains des suspects étaient impliqués dans d’autres escroqueries perpétrées contre le système de santé : la mafia des sangsues et les fraudes de l’ancien PAS de la mairie de São Paulo. D’autres, encore, avaient fait l’objet d’une enquête du CPI de Banestado et de l’opération Farol da Colina, de la police fédérale.

En d’autres termes, ces messieurs avaient non seulement échappé à la prison, mais leurs entreprises avaient toute liberté pour négocier avec les hôpitaux publics et les secrétariats à la santé.

Les scandales qui se répètent par cycles dans le domaine de la santé depuis que je connais les gens sont les fruits de l’impunité. Celui qui vole l’argent destiné au traitement des patients pauvres doit répondre de ce crime odieux et purger sa peine en régime fermé, sans aucun privilège, dans ces cellules de CDP avec plus de vingt voleurs.

On n’est pas naïf, lecteur, on sait que l’accusé sera dans la rue dans une semaine. Au Brésil, la prison a été faite exclusivement pour les criminels pauvres. Malgré cela, on me permet de faire une suggestion : pourquoi ne pas condamner ces parasites, prédateurs de la pire espèce, à quatre ou cinq ans, comme on le fait pour les filles arrêtées aux portes des prisons ? C’est trop peu, vous direz. On le pense aussi, mais c’est mieux que rien.

Plan du site